actualités

  • Accueil
  • |
  • |
  • L’e-santé, un enjeu majeur pour la Silver ...
<< Les dernières actualités

L’e-santé, un enjeu majeur pour la Silver économie

Les entreprises innovantes sur le marché de la santé des seniors sont nombreuses. Les besoins de financement de ces acteurs qui ont largement investi le secteur de l’économie digitale, nécessitent un accompagnement ad hoc.

La Silver économie est un marché encore émergent et très prometteur. Les spécialistes n’hésitent pas à parler d’or gris, en référence à la chevelure argentée des seniors. Sur ce marché, les entreprises innovantes en e-santé s’y taillent la part du lion.

Relever le défi du vieillissement de la population

En France, les dépenses de santé représentent environ 12% du PIB, dont 80 % sont liées au vieillissement de la population, puisqu’elles se concentrent exclusivement sur les 60 ans. Augmentation des maladies chroniques (diabète, insuffisance respiratoire, maladies cardio-vasculaires) et perte d’autonomie, les facteurs de risques corolaires au vieillissement viennent alourdir la note. Un français sur quatre souffre désormais d’une pathologie chronique (Renaissance Numérique « D’un système de santé curatif à un modèle préventif grâce aux outils numériques », septembre 2014). Cette évolution de la pyramide des âges s’amplifie. D’après les chiffres de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), la population mondiale âgée de 60 ans et plus, qui a doublé depuis 1980, devrait atteindre 2 milliards d’ici 2050. Pour répondre à cette nouvelle donne, les acteurs de la santé doivent innover. C’est tout l’enjeu de la constitution de la filière de la Silver économie.

Une dynamique économique réelle

D’après la Direction de l’animation et de la recherche des études et des statistiques (DARES), la Silver économie est susceptible de générer 300.000 créations d’emplois nettes, d’ici à 2020. Les plus de 60 ans représenteront 20 millions de Français d’ici 2030 contre 15 millions aujourd’hui, une manne de clients potentiels pour la Silver économie. La Silver économie devrait générer un chiffre d’affaires de 130 milliards d’euros en 2020 (Bpifrance, « 2 milliards de seniors en 2050. Et vous que faites-vous pour la Silver économie ? »). Sur ce marché, l’e-santé constitue un vecteur de développement particulièrement essentiel. Objets connectés et domotique high-tech pour faciliter le maintien à domicile de la personne âgée, applications dédiées à la prévention et au suivi des maladies chroniques, les potentiels de développement pour les entreprises innovantes sont immenses.

L’écosystème de la Silver économie

Afin de répondre aux besoins économiques, technologiques et industriels liés au vieillissement de la population, le développement de la filière de la Silver économie a fait l’objet de la création d’un contrat de filière, initié par l’Etat en 2013. Son objectif : structurer l’écosystème composé majoritairement de jeunes entreprises et soutenir le marché jugé particulièrement porteur. En Ile-de-France, la Silver valley constitue un lieu privilégié d’échange pour les acteurs de la filière Silver économie. Forte d’une cinquantaine d’entreprises à sa création, elle en réunit désormais 270. La plateforme Silver Innov, qui peut accueillir jusqu’à 50 start-up dans sa pépinière d’entreprises, joue un rôle prépondérant. La bourse Charles Foix, qui en est à sa 14ème édition et qui permet de bénéficier d’un accompagnement personnalisé pendant un an par les équipes de la Silver valley, permet de distinguer et d’encourager les projets les plus innovants.

Financement : des acteurs dédiés

La Caisse des Dépôts, via sa filiale Innovation Capital a mis en place un fonds sectoriel dédié aux acteurs de la Silver économie (SISA) afin de faciliter le financement en fonds propre des PME innovante du marché de l’or gris. Les entreprises de l’e-santé ont toute son attention. C’est notamment grâce à ce véhicule de private equity dédié à la santé que Voluntis, l’éditeur français de logiciels spécialisé dans l’e-santé, a pu boucler son tour de table record de 20,75 millions d’euros en 2014. Une manne financière pour accélérer le développement de Diabeo, son application phare qui permet de gérer son diabète au quotidien depuis son smartphone et qui pourrait devenir la première application remboursée par la Sécurité Sociale en 2017.
En 2016, le rapprochement de Innovation Capital avec LBO France a augmenté la force d’action de ce fonds sectoriel. Parmi ses dernières opérations marquantes, la levée de fonds de 6,7 millions d’euros, opérée en septembre 2016 par H4D, entreprise pionnière en télémédecine pour continuer à développer Consultation, le premier cabinet médical connecté de très haute technologie. La plateforme de financement participatif Hoolders mise également résolument sur la Silver économie. Leur action de co-funding s’adresse en priorité aux projets de financement en post-amorçage avec des dossiers allant de 200.000 euros à 2 millions d’euros. De quoi donner aux entreprises innovantes de la Silver économie française les moyens de leurs ambitions.

Un environnement juridique à rajeunir

Le cadre juridique, réglementaire et fiscal actuel régissant le monde de la santé a pour sa part l’âge de ses artères.  Il gagnerait à subir, au cas particulier comme de manière plus générale, une véritable cure de jouvence.  Le secteur français de la santé, un des meilleurs au monde, reste pénalisé pas des contraintes réglementaires dont la raison d’être est certes louable, mais dont certains effets anti-compétitifs ne sont plus à démontrer.  L’e-santé et la Silver économie auront besoin d’évoluer dans un contexte où l’imagination ne s’épanouira que pour autant qu’elle sera valorisée.  Ce sera à n’en pas douter le choc des trois mondes : celui du corps médical, formé à l’excellence des soins et à l’éthique la plus absolue ;  celui de l’administration au sens large, formée à la rigueur budgétaire et à l’orthodoxie ; et celui des créateurs d’entreprises, d’idée, de valeurs, souvent jeunes et d’univers radicalement différents, bercés au petit lait de l’esprit d’internet.  Quelle sera alors la capacité de notre vieux pays à s’ouvrir de manière non dogmatique à ce nouvel horizon d’opportunités révolutionnaires, sources d’autant de richesse que de risques éthiques ? Mais comme toujours, la peur ne fait pas le danger.

Il appartiendra donc à nos législateurs et aux membres du gouvernement, futurs usagers eux-mêmes de la Silver économie, de permettre à la France et à ses talents médicaux et entrepreneuriaux de marquer des points.

 

Source : L’e-santé, un enjeu majeur pour la Silver économie