L’indice des prix alimentaires a perdu 19% en 2015

L’indice des prix alimentaires de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) a chuté de 19% en 2015, à 154,1 points. Il recule pour la quatrième année consécutive. »L’abondance de l’offre dans un contexte de demande hésitante à l’échelle mondiale et d’affermissement du dollar explique la faiblesse généralisée des prix des produits alimentaires », explique l’organisation.

 

TROP DE LAIT

En recul de 28,5% entre 2014 et 2015, l’indice des prix des produits laitiers figure parmi les plus fortes baisses du panel. Il a atteint sa moyenne annuelle la plus basse depuis 2009, à 160,3. Pour expliquer cette situation, la FAO met en avant la faible demande de lait entier en poudre, qui a conduit les industriels à se tourner vers d’autres produits laitiers. En hausse de 3% entre les mois de novembre et de décembre, les prix du beurre tirent ainsi leur épingle du jeu. Une surproduction généralisée plombe les prix du lait : la hausse des volumes en Europe, suite à la fin des quotas, et aux Etats-Unis s’est heurtée à un fort recul des achats russes et chinois.

 

VERS UN REBOND DU MARCHÉ DU SUCRE

L’indice des prix du sucre a pour sa part accusé une baisse de 21% entre 2014 et 2015, à 190,7. Ballotté de longue date entre surplus et déficit, le marché sort de cinq années d’excédent et se prépare à basculer. L’impact de cette chute pourrait donc s’estomper dans les prochains mois, Commerzbank anticipant un déficit de l’offre lors des campagnes 2015-16 et 2016-17. D’après l’Organisation internationale du sucre, 169 millions de tonnes (Mt) seraient produites en 2015-16, pour une consommation de 172,5 Mt. En 2016-17, l’offre (171 Mt) restera inférieure à la demande (176 Mt).

 

DÉSAFFECTION CONFIRMÉE POUR L’HUILE DE PALME

Cette baisse généralisée des prix n’épargne pas non plus les huiles végétales, dont l’indice a perdu 19% entre 2014 et 2015, à 147. Cette catégorie a notamment souffert de la chute des prix de l’huile de palme, qui ont perdu 19,4% en 2015. L’effondrement des prix du pétrole a pénalisé la demande en agrocarburants, tandis que les impacts du ralentissement économique chinois et des critiques récurrentes liées à l’environnement et à la santé ont contribué à affecter la demande alimentaire. Le nouvel épisode du phénomène climatique El Niño pourrait, paradoxalement, permettre aux prix des huiles de reprendre de la vigueur en 2016.

 

LES CÉRÉALES ET LA VIANDE EN SURPLUS

Les prix des céréales ont quant à eux fait les frais d’un marché surabondant. L’indice a décroché de 15,4% entre 2014 et 2015, à 162,4. En 2015-16, la production mondiale (2527 Mt) serait, a contrario, très légèrement inférieure à la demande (2528,9 Mt). L’indice des prix de la viande, enfin, est au plus bas depuis 2010, à 168,4. La hausse de la production européenne et le recul des importations américaines ont marqué l’actualité de ces derniers mois.

Contact info

Adresse :

Pôle Nutrition Santé Longévité
Parc Eurasanté Ouest
310 avenue Eugène Avinée
59120 LOOS ( Lille – métropole – FRANCE )

Téléphone :
03 28 55 50 14

Fax :
03 28 55 90 61