«Orchestrer l’excellence pour lutter contre la maladie d’Alzheimer»

Combattre la maladie d’Alzheimer

La maladie d’Alzheimer (MA) concerne 35 millions de personnes dans le monde dont près de 900 000 en France. Cette maladie, caractérisée par la perte progressive de mémoire, des fonctions cognitives et accompagnée par des troubles du comportement, ne dispose aujourd’hui d’aucun traitement efficace contre sa progression, ni même de test diagnostic simple.

Le montage du consortium

Face à ce constat, deux sociétés de biotechnologies – Genoscreen et Alzprotect – se sont associées en 2009 à deux équipes de recherche INSERM et à un Centre Mémoire de Ressources et de Recherche pour former le consortium MEDIALZ et fédérer ainsi les forces régionales complémentaires, capables d’optimiser et d’accélérer la recherche sur la maladie d’Alzheimer (MA) et la valorisation et le transfert de la recherche vers le patient.
Les enjeux du projet sont simples : développer conjointement des traitements efficaces et établir un diagnostic le plus précoce possible.

« En tant que porteur du projet, nos premiers pas furent hésitants » confesse André Tordeux, Président de Genoscreen, « car nous n’avions pas vécu d’expérience de coordination analogue. Au fil des mois, une autorégulation s’est imposée au sein du consortium, signe qu’un partenariat prenait corps, et notre responsabilité de porteur du projet est devenue légère à porter. »

Labellisé par le Pôle Nutrition Santé Longévité, le consortium MEDIALZ est lauréat du 9e appel à projets R&D du Fonds Unique Interministériel et a reçu à ce titre près de 2 millions d’euros d’aides pour un budget global de plus de 3 millions d’euros.

MEDIALZ, un programme original

Selon André Tordeux, « le programme MEDIALZ présente des caractéristiques originales : il a été conçu et voulu conjointement par des acteurs de la recherche scientifique, clinique et industrielle. Ces acteurs ont imaginé travailler ensemble pour accélérer leurs travaux contre la maladie d’Alzheimer et leur donner plus de portée. Cet engagement collectif, facilité par la dynamique instaurée par le pôle de compétitivité NSL est un premier atout pour le projet. ».

Cette dynamique collaborative est également soulignée par Philippe Verwaerde, Président et CEO d’Alzprotect : « Medialz a d’abord permis à Alzprotect de s’insérer de façon plus proche au cœur d’un réseau régional axé sur les maladies neurodégénératives : nous sommes  devenus un partenaire privilégié des équipes académiques et du centre de recherche clinique impliqués dans MEDIALZ. Nos interactions se sont également renforcées avec Genoscreen. Les activités des deux compagnies se complètent efficacement avec d’une part le développement de produits thérapeutiques et d’autre part la production d’outils diagnostiques qui sont, au final, interdépendants »

Une seconde caractéristique du projet réside dans les travaux de R&D développés par le consortium qui relèvent d’une recherche résolument translationnelle. « Les partenaires ont voulu, dès le départ, que des liens soient établis et développés entre la recherche exploratoire et la recherche clinique et que les résultats recherchés puissent, au plus vite, bénéficier aux patients. Cette orientation s’est trouvée renforcée par la participation au programme de deux start-up, préoccupées, comme il se doit, par la valorisation et l’exploitation de leurs travaux » témoigne André Tordeux.


Des partenaires académiques impliqués

Concernant la recherche académique prenant part au projet, « l’implication de l’INSERM U744 au sein de MEDIALZ se joue à deux niveaux » explique Jean-Charles Lambert, Directeur de recherche Inserm à l’Institut Pasteur de Lille, l’un des trois partenaires académiques impliqués dans le projet. « Tout d’abord, le laboratoire développe dans ce consortium un projet de recherche portant sur le déchiffrage d’une nouvelle voie pathophysiologique de la maladie d’Alzheimer. Au delà de cette approche plutôt fondamentale, la participation du laboratoire est aussi caractérisée par un transfert de technologie de notre groupe vers Genoscreen pour le développement d’un nouvel outil diagnostique » poursuit-il.

Concernant les perspectives liées aux résultats des travaux de recherche de l’Inserm U744 au sein de ce consortium, Jean-Charles Lambert commente: «nous avons pu déterminer que la nouvelle voie pathophysiologique que nous avions mise en évidence quelques années plus tôt est vraiment d’un intérêt majeur pour le développement de la maladie d’Alzheimer. Le projet de l’INSERM U744 porté par MEDIALZ est dans ce sens un vrai succès et au delà d’une meilleure compréhension du processus pathologique, ouvre clairement une nouvelle voie thérapeutique qui reste néanmoins à évaluer en terme de faisabilité ».

 

Communiquer auprès du grand public

Une autre spécificité de MEDIALZ vaut d’être soulignée: la mise en place d’une communication vers le grand public et les patients. « Connait-on suffisamment les importants travaux de recherche qui sont développés, de longue date, au sein de notre région, travaux sans lesquels le programme dont nous parlons et les perspectives qu’il porte, n’existeraient pas ? » s’interroge André Tordeux. «  A cet égard, les partenaires ont jugé utile de promouvoir les travaux de leurs équipes et les progrès réalisés dans la lutte contre la maladie. C’est ainsi qu’une plaquette de promotion a été réalisée et diffusée par les responsables scientifiques du programme et que des posters informatifs à destination d’un large public ont été exposés dans le hall du siège de Région.»

C’est ainsi qu’à l’occasion de la Semaine du Cerveau, qui a eu lieu du 11 au 17 mars 2013, le consortium de recherche MEDIALZ a organisé deux manifestations ouvertes au grand public : une exposition intitulée « Combattre la maladie d’Alzheimer » et une conférence sur « Les enjeux de la recherche pour la patients atteints de la maladie d’Alzheimer ».

Conclusions et perspectives

MEDIALZ ouvre de belles perspectives pour les partenaires du projet et notamment pour Alzprotect avec le développement de son candidat médicament, AZP2006, qui a été, dans le cadre du projet « une interface de valorisation entre la recherche fondamentale et la clinique », commente Philippe Verwaerde. Il poursuit, « MEDIALZ aura un impact fondamental sur les avancées futures de notre projet et notamment dans le design de nos études cliniques. En fonction d’une prochaine levée de fonds, notre candidat médicament AZP2006 sera bientôt testé chez l’homme. »

André Tordeux souligne que le principal enseignement pour Genoscreen est « d’avoir pu mesurer l’intérêt qu’il y a à combiner diverses expertises, scientifiques, cliniques, industrielles, pour enrichir et dynamiser une démarche de recherche. L’expérience tirée de MEDIALZ nous a convaincu que le combat contre la maladie d’Alzheimer tirera bénéfice de la multiplication de pareilles coalitions. »

Les collaborations engagées dans le projet MEDIALZ ont également permis de déboucher sur le projet DISTALZ (Développement de Stratégies Innovantes pour une Approche Transdisciplinaire de la maladie d’Alzheimer), lauréat de l’appel à projets « Laboratoire d’Excellence » du Programme d’Investissements d’Avenir.

——————————————-

Chiffres clés MEDIALZ

60 chercheurs mobilisés
1 site d’excellence reconnu internationalement
2 brevets internationaux
90 publications scientifiques

—————————————–

A propos des partenaires

Genoscreen

Créée en 2001 par André Tordeux, la société de biotechnologies Genoscreen est construite autour de deux axes de croissance : l’analyse génomique qui répond avec les technologies les plus adaptées aux besoins des chercheurs et des entreprises, et la recherche et le développement qui permettent de créer de nouveaux genoscreenoutils analytiques fortement innovants pour des investigations toujours plus performantes.
L’objectif de Genoscreen, au sein de MEDIALZ, est d’accélérer le développement d’outils de diagnostic précoce et de suivi de ces affections grâce à une étroite collaboration avec des équipes de recherche académiques.
Site web de Genoscreen

Alzprotect

alzprotect-annonce-l-arrivee-du-professeur-philippe-amouyel-au-conseil-scientifique imageactuDirigée par le Pr. Philippe Verwaerde, Alzprotect est une société de biotechnologies Lilloise issue de la collaboration entre l’INSERM et l’Université de Lille 2 Droit et Santé. La société développe des candidats médicaments contre la MA et d’autres pathologies neurodégénératives. La stratégie d’Alzprotect est de poursuivre le développement de ses molécules jusqu’aux premières phases cliniques (Ib et Iia) avant de les transférer à un partenaire industriel.
Site web d’Alzprotect

CMRR Lille Bailleul

Implanté au cœur du CHRU de Lille, le Centre Mémoire de Ressources et de Recherche Lille-Bailleul est dirigé par le Pr. Florence Pasquier (Université Lille Nord de France, UDSL, CHU de Lille) et associé à l’EA « Alzheimer et pathologies vasculaires » dirigée par le Pr. Régis Bordet. Elle a un rôle de recours pour les diagnostics complexes. Sa mission estlogo chru aussi de développer une activité de recherche clinique, de formation et de réflexion éthique, de structurer et d’animer un dispositif régional et/ou interrégional en partenariat avec les consultations mémoire. Le CMRR Lille Bailleul est centre de référence national pour les patients Alzheimer jeunes.
Site web de MeotisCMRR LILLE BAILLEUL

INSERM U744-3 « Recherche de déterminants moléculaires des maladies neurodégénératives »

Cette équipe dirigée par le Dr. Jean-Charles Lambert, fait partie de l’UMR744 « Santé publique et épidémiologie moléculaire des iplmaladies liées au vieillissement » dirigée par le Pr. Philippe Amouyel. Son objectif est d’identifier les déterminants environnementaux et génétiques conduisant à l’altération des fonctions cognitives et à la MA. Ses stratégies de recherche sont fondées sur la caractérisation des facteurs de susceptibilité génétique par analyse génomique à haut débit, couplée à des études transcriptomiques et fonctionnelles. Ces travaux mettent en évidence de nouvelles voies physiopathologiques ouvrant sur le développement de biomarqueurs et d’approches préventives et thérapeutiques potentielles originales.
Site web de l’UMR 744

INSERM U837-1 « Alzheimer et tauopathies »

logo insermLe laboratoire, dirigé par le Dr. Luc Buée, étudie les mécanismes moléculaires et cellulaires la mort neuronale. Il s’intéresse notamment à la contribution de ces mécanismes dans l’étude de la pathogénèse d’un groupe de maladies neurodégénératives, les tauopathies dont la MA est la plus connue. Il s’agit d’apporter une réponse concrète aux défis que constituent les maladies neurodégénératives.
Site web de l’UMR 837-1

Contact info

Adresse :

Pôle Nutrition Santé Longévité
Parc Eurasanté Ouest
310 avenue Eugène Avinée
59120 LOOS ( Lille – métropole – FRANCE )

Téléphone :
03 28 55 50 14

Fax :
03 28 55 90 61