Un accès au marché et à des partenariats scientifiques en Chine pour Genoscreen et l’Institut Pasteur de Lille

Lauréats du programme COOPOL innovation, ils ont passé 5 jours en Chine. André Tordeux revient sur cette opportunité…

Nous vous en parlions dans la NewSLetter du mois de juin 2013, Genoscreen et l’Institut Pasteur de Lille sont parmi les 4 lauréats du programme COOPOL Innovation 2013. Ils ont ainsi pu bénéficier d’une mission personnalisée de 5 jours en Chine.

Qu’est-ce que le programme COOPOL Innovation ?

Le programme COOPOL Innovation est destiné aux sociétés innovantes des pôles de compétitivité ou des technopôles français, en association avec leurs partenaires de recherche académique. Il a pour vocation l’identification de partenaires potentiels en Chine au travers d’une mission d’évaluation d’une semaine.

Le programme s’inscrit dans la démarche de soutien à l’internationalisation des pôles de compétitivité initiée en 2005. En direction de la Chine, cette démarche s’est traduite en novembre 2007 par la signature à Pékin d’un accord visant le renforcement de la coopération entre les pôles de compétitivité français et leurs homologues chinois, les parcs scientifiques et technologiques.

Le programme s’adresse à un tandem constitué d’une entreprise et de son homologue académique issus d’un même pôle de compétitivité. Il a pour vocation l’identification de partenaires potentiels en Chine et d’initier des projets conjoints dans le domaine de la recherche, du développement et de l’innovation, au travers d’une mission d’une semaine dans plusieurs villes de Chine.

COOPOL Innovation 2013 : mission conjointe Genoscreen et Institut Pasteur de Lille

La quatrième mission organisée dans le cadre du programme COOPOL Innovation 2013 s’est déroulée à Pékin, Shanghai et Hong Kong du 4 au 8 novembre 2013.

Dans ce contexte, la société Genoscreen et l’Institut Pasteur de Lille ont bénéficié d’un accompagnement sur le territoire chinois organisé par le service pour la science et la technologie de l’ambassade de France à Pékin et du Consulat de France à Hong-Kong.   

Genoscreen développe et vend, parmi l’ensemble de ses produits, des kits de traçage moléculaire des souches de la bactérie M. tuberculosis, responsable de la tuberculose. « Nos kits ont été développés sur base d’une méthode standardisée par le groupe du Dr Philip Supply, notre partenaire académique à l’Institut Pasteur de Lille. Ces kits sont déjà vendus dans 30 pays dans le monde mais en Asie et en Inde, une part importante des souches de M. tuberculosis (dénommées « Beijing ») sont plus difficilement différenciables. La tuberculose est un problème majeur de Santé Publique dans cette région du Monde » explique André Tordeux, Président de Genoscreen. « Nous avons donc décidé, après une première mission exploratoire en Chine en 2010 qui nous a conforté dans ce choix, de développer un kit spécifique pour réaliser le traçage de ce type de souche ».

Après deux années de R&D, ces kits sont en fabrication depuis octobre 2013.
« Pour nous, l’objectif de la mission COOPOL était clair : mieux comprendre les besoins et les caractéristiques du marché chinois et faire la promotion de notre produit.» commente André Tordeux.

Sur place, ils ont rencontré des acteurs académiques et des entreprises et notamment, les responsables des laboratoires de deux hôpitaux emblématiques pour la lutte contre la tuberculose en Chine : Le Laboratoire Clinique National pour la tuberculose à Pékin, l’Hôpital Huashan de l’Université de Fudan, à Shanghai. « Ces rencontres, animées par des conférences scientifiques et des débats, ont été très intéressantes. » confirme André Tordeux « Suite à ces échanges, des scientifiques de Pékin nous ont rapidement envoyé des résultats d’analyse de souches  « Beijing ». Ces données sont précieuses pour renforcer la validation des résultats de nos travaux de  recherche »

Un autre échange intéressant pour Genoscreen a été celui avec le responsable du Centre Chinois de contrôle des maladies (CDC), en charge de la surveillance sanitaire du territoire qui collecte des souches d’intérêt et supervise le système de surveillance épidémiologique de la tuberculose en Chine. « Le CDC chinois envisage sérieusement d’utiliser le kit à l’échelle de la Chine c’est-à-dire pour les 17 provinces. C’est non seulement du chiffre d’affaires pour Genoscreen mais le prestige de ce référencement nous permettra de convaincre les autres pays asiatiques ciblés pour le produit. De plus, nos interlocuteurs ont montré un grand intérêt à participer à une étude d’évaluation et de validation d’un nouveau test diagnostic de la résistance aux antituberculeux, que nous développons sur une base très innovante » s’enthousiasme M. Tordeux.

A Shanghai, ils ont rencontré des établissements de recherche et industriels avec lesquels Genoscreen envisage de développer des relations : l’Institut Pasteur à Shanghai et la société BioMérieux. André Tordeux ajoute : « BioMérieux se propose même de nous héberger et de nous faire bénéficier de leurs contacts locaux. Une réelle opportunité pour faciliter notre développement en Chine ! »

Enfin, les experts ont pu s’entretenir avec des distributeurs locaux, acteurs incontournables pour accéder au marché chinois. Rencontres qui déboucheront probablement sur la distribution du kit en 2014. En effet, Genoscreen est en passe de signer un accord avec le 1er distributeur indépendant en Chine qui commercialise du matériel de pointe d’analyse en biologie et qui dispose d’une agence dans chaque province chinoise avec plus de  300 représentants sur le territoire.

« La mission a été extrêmement intéressante et fructueuse : des relations scientifiques parfaites avec des demandes de partenariat, la possibilité d’entrer sur le marché chinois grâce au CDC chinois et la très probable signature d’un accord avec un distributeur de confiance. Même si tout cela reste encore à transformer, nous ne pouvions rêver mieux » confie André Tordeux.
La stratégie de Genoscreen en Chine est d’utiliser ce produit comme premier produit pour le marché chinois : profiter du chemin ouvert pour commercialiser d’autres produits, outre le kit diagnostic évoqué plus haut, et notamment des kits de préparation d’analyses métagénomiques de flores bactériennes qui entrent en phase de lancement

« Nous tenons à remercier le Pôle NSL pour son soutien et ses aides précieuses ainsi que l’Ambassade de France à Pékin, et les Consulats à Shanghai et Hong-Kong  qui nous ont très bien accueillis et accompagnés. Nous leur devons une organisation parfaite du séjour et des rencontres, ce qui a facilité le succès de cette mission» conclut André Tordeux.

Plus d’informations sur la société Genosreen
Plus d’informations sur le programme COOPOL

Contact info

Adresse :

Pôle Nutrition Santé Longévité
Parc Eurasanté Ouest
310 avenue Eugène Avinée
59120 LOOS ( Lille – métropole – FRANCE )

Téléphone :
03 28 55 50 14

Fax :
03 28 55 90 61