« Un principe et sept ambitions pour l’innovation »

Les sept thématiques retenues par le rapport « Innovation 2030 » sont les suivantes :
• stockage de l’énergie ;
• recyclage des matières ;
• valorisation des richesses marines : métaux et dessalement de l’eau de mer ;
• protéines végétales et chimie du végétal ;
• médecine individualisée ;
• « silver economy » : l’innovation au service de la longévité ;
• valorisation de données massives (« big data »).

Les ambitions 4 à 7 peuvent mobiliser des acteurs du Pôle NSL.

Les différents leviers d’actions identifiés incluent notamment l’adaptation et la simplification de la réglementation, le développement de la commande publique pour favoriser l’acceptation de l’innovation pour ce qui relève des responsabilités de l’Etat mais aussi et surtout le lancement de concours d’innovation (cf précisions ci-dessous).

Ambition n°4 : Les protéines végétales et la chimie du végétal (p. 28 à 32 du rapport)

De nouveaux produits alimentaires reposant sur des protéines végétales devront être conçus pour répondre à la croissance de la demande alimentaire mondiale que le secteur de l’élevage ne pourra seul satisfaire. Les forces conjuguées de son agriculture, de son industrie agroali¬mentaire et de sa tradition d’innovation culinaire devraient permettre à la France de disposer d’un important potentiel d’exportation. Par ailleurs, notre richesse agricole pourra également permettre le développement de nouveaux matériaux.

Ambition n°5 : La médecine individualisée (p. 33 à 37 du rapport)

Le développement des sciences « omiques » (génomique, protéinomique, transcriptomique, etc.), les liens croissants entre dispositifs médicaux et thérapies ainsi que le développement du numérique vont faire émerger une médecine de plus en plus personnalisée, porteuse d’une plus grande efficacité collective et individuelle, avec des traitements adaptés. La France dispose d’atouts réels en ce domaine avec un système de santé et une recherche dans ce domaine internationalement reconnus pour leur qualité.

Ambition n°6 : La silver économie, l’innovation au service de la longévité (p. 37 à 41 du rapport)

D’ici 15 ans, 1,2 milliard d’habitants auront plus de 60 ans dans le monde. Les seniors assureront la majorité des dépenses en France. Or, ils expriment des besoins spécifiques. Une économie nouvelle se développera répondant entre autres à la perte d’autonomie.
Les seniors français plutôt technophiles, le système centralisé de santé, les compétences académiques, la présence de start-up innovantes et d’intégrateurs et équipementiers de haut niveau sont autant d’atouts pour le développement de ce secteur en France.

Ambition n°7 : La valorisation des données massives (Big Data) (p. 41 à 45 du rapport)

La multiplication des données créées par les particuliers, les entreprises et les pouvoirs publics sera porteuse de nouveaux usages et de gains de productivité. La mise à disposition par l’État et par ses opérateurs des données publiques constituera une opportunité pour favoriser l’essor de nouvelles start-up. Ici encore, la France présente de nombreux atouts. L’école française de mathématiques et de statistiques est une des meilleures au monde. Plusieurs entreprises sont leaders de sous-segments. La sécurité des données et des communications sur Internet représente également un terreau pour de nombreuses entreprises.

A ce sujet, le GIE Eurasanté a organisé le 29 octobre, deux groupes de travail
– « sécurité des données de santé dans le Cloud »
– « enjeux et applications du Big Data en Santé »

Un lancement rapide et une procédure simple pour accélérer le financement des innovations

Sept concours d’innovations seront lancés dès le 2 décembre 2013.

Les appels à projets qui émaneront de ces concours seront ouverts à tous : petites et grandes entreprises, françaises ou étrangères souhaitant s’implanter en France. La priorité, pour la Commission, est d’identifier des entrepreneurs motivés, puis de les accompagner dans le développement de leur projet.

La procédure sera rapide et simple. Un dossier, court (dix pages maximum), sera adressé à Bpifrance dans le cadre des investissements d’avenir. Un examen de ce dossier par des experts et une audition auront lieu dans les semaines qui suivent. Le soutien financier pourra ainsi être apporté sous quatre mois.

Le Président de la République François Hollande a lui-même apporté des précisions sur les différentes étapes de sélection des projets lors de son discours du 11 octobre à Nanterre.

Un jury déterminera quels seront les projets que nous retenons et au premier trimestre de 2014, les projets qui auront été retenus, seront soutenus à hauteur de 200 000 euros. A une condition : que le développement soit fait en France, que les créations d’emplois soient également réalisées en France. Nous avons dégagé pour ces sept ambitions, 300 millions d’euros.

Il y aura ensuite un deuxième temps : tous ces projets qui auront été présentés, qui auront été soutenus, nous allons faire un nouveau tri, une nouvelle sélection. Toujours sous la responsabilité de la Commission, mais également du Commissariat général à l’Investissement et de la Banque Publique d’Investissement, ces projets, qui auront été encore davantage retenus, pourront disposer d’enveloppe beaucoup plus importante, jusqu’à deux millions d’euros, peut-être davantage.

Une règle sera alors posée : à chaque euro public, devra correspondre un euro au moins privé. De manière à ce qu’il y ait un effet de levier, un effet multiplicateur. Cet appui public prendra diverses formes : subventions, participations en capital, prêts


Lien vers le discours de François Hollande

Lien vers le rapport Lauvergeon

Contact info

Adresse :

Pôle Nutrition Santé Longévité
Parc Eurasanté Ouest
310 avenue Eugène Avinée
59120 LOOS ( Lille – métropole – FRANCE )

Téléphone :
03 28 55 50 14

Fax :
03 28 55 90 61